<
 

Le Block de Marbre

Renée Vivien

Je dormais dans le flanc massif de la montagne...
Ses tiédeurs m'enivraient. Auprès de mon sommeil
Sourdait l'ardent effort des fleurs vers le soleil.
Rien ne troublait la paix large de la montagne.

Je dormais. Je semblais un astre dans la nuit,
Et l'ondoyant avril que l'amour accompagne
Tremblait divinement sur l'or de la campagne,
Sans rompre mon attente obscure dans la nuit.

Blancheur inviolée au fond de l'ombre éteinte,
J'ignorais le frisson du nuage, et le bruit
Des branches et des blés sous le vent qui s'enfuit
En sifflant... Je dormais au fond de l'ombre éteinte,

Lorsque tu m'arrachas à mon calme éternel,
O mon maître! ô bourreau dont je porte l'empreinte!
Dans la douleur et dans l'effroi de ton étreinte,
Je vécus, je perdis le repos éternel...

Je devins la Statue au front las, et la foule
Insulte d'un regard imbécile et cruel
Ma froide identité sans geste et sans appel,
Pâture du regard passager de la foule.

Et je suis la victime orgueilleuse du temps,
Car je souffre au delà de l'heure qui s'écoule.
Mon angoisse domine altièrement la houle
Gémissante qui meurt dans l'infini du temps.

Je te hais, créateur dont la pensée austère
A fait jaillir mon corps en de fiévreux instants,
Et dont je garde au coeur les rêves sanglotants...
Je connais les douleurs profondes de la terre,

Moi qui suis la victime orgueilleuse du temps.

Chansons pour mon ombre.
Pauline M. Tarn (a.k.a. Renée Vivien)

Home :: Poetry :: Poèmes Français (7) :: Le Block de Marbre

Loading Google Search Box... (if JavaScript is enabled)