<
>

Nuit Obscure

San Juan de la Cruz

Dans une nuit obscure
Par un désir d'amour tout embrasée
Ô joyeuse aventure
Sortis sans me montrer
Quand ma maison fut enfin apaisée

Dans l'obscur et très sûre
Par la secrète échelle, déguisée
Ô joyeuse aventure,
Dans l'obscur, et cachée
Quand ma maison fut enfin apaisée

Dans cette nuit de joie
Secrètement, nul ne me voyait
Mes yeux ne voyaient rien qui soit
J'allais sans autre lumière
Que celle en mon coeur qui brûlait

Et elle me guidait
Plus sûre que la lumière de midi
Au lieu où m'attendait...
Moi, je savais bien qui,
En un endroit retiré

Ô nuit qui nous a conduit
Nuit plus aimable que le lever de l'aube,
Ô nuit qui a uni
L'ami avec l'aimée
L'aimée en l'ami transformée

Contre mon sein fleuri
Qui tout entier pour lui seul se gardait,
Il resta endormi
Moi je le caressais
De l'éventail des cèdres l'air venait

Du haut du créneau
Quand sous mes doigts ses cheveux s'écartaient
Avec sa main légère
Mon cou me pinçait
Et chacun de mes sens me ravivait

En paix je m'oubliai
J'inclinai le visage sur l'ami
Tout cessa je cédai
Délaissant mon souci
Parmi l'oubli des fleurs des lys

French translation of En una noche oscura by Gilles de Seze.

Home :: Poetry :: Poèmes Français (7) :: Nuit Obscure

Loading Google Search Box... (if JavaScript is enabled)