<
>

Donna Donna

Aaron Zeitlin

Attelé dans un wagon qui se dirige vers le marché,
Il y a un veau, l'oeil hagard;
Puis, plus haut au dessus de lui, il y a une hirondelle
Qui traverse le ciel à tire d'ailes.

Comme les vents sont en train de rire;
Ils rient tout leur soûl;
Rient, rient à longueur de journée
Et durant la moitié d'une nuit d'été.

Donna, Donna, Donna, Donna...
Donna Donna Donna Don
Donna, Donna, Donna, Donna...
Donna Donna Donna Don

"Arrête de te plaindre," lui dit le fermier.
"Qui t'a dit d'être un veau?
Pourquoi n'as-tu pas des ailes pour voler
Comme la si fière et libre hirondelle?"

Les veaux se laissent aisément conduire à l'abattoir
Sans jamais savoir la raison de leur déboire.
Mais quiconque aspire à la liberté
Comme l'hirondelle, a appris à voler.

Text: Aaron Zeitlin [Ahron Tzeitlin] (1889 - 1973)
Music: Shalom Secunda [Sholom Secunda] (1894 - 1974)
Yiddish song for the theater piece "Esterke" (1940/41)
English translation from Yiddish: Arthur Kevess and Teddi Schwartz (1956)
Traduction française de la version anglaise: Raouf Hajji (27.08.2006)

Pouvez-vous améliorer cette traduction?
Home :: Poetry :: Poèmes Français (6) :: Donna Donna

Loading Google Search Box... (if JavaScript is enabled)